Cineculte Index du Forum          FAQ     Rechercher     Membres     Groupes     Profil     Se connecter pour vérifier ses messages privés
Connexion     S’enregistrer

Le Roi Et L'Oiseau

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cineculte Index du Forum -> Culte -> Critiques films
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ClashDoherty
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2007
Messages: 303
Localisation: Menucourt (95)
Loisirs: Cinéma, rock, lecture
Film préféré: La Montagne Sacrée, Phantom Of The Paradise, Salo Ou Les 120 Journées De Sodome, Zardoz, More
Masculin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Dim 25 Nov - 12:21 (2007)    Sujet du message: Le Roi Et L'Oiseau Répondre en citant

LE ROI ET L'OISEAU

 


 
Réalisé par Paul Grimault  
Film français  
Genre : animation  
 
AVANT-GOUT  
Le temps est venu pour moi d'aborder un dessin animé. Et pas n'importe lequel, puisqu'il s'agit de celui que je considère comme le plus beau, j'ai nommé Le Roi Et L'Oiseau, chef d'oeuvre absolu de Paul Grimault.Il faut savoir que ce film d'animation, s'il est sorti en 1979 (il a obtenu, unique cas pour un dessin animé, le Prix Louis-Delluc en 1980), a originellement été conçu dans les années 50 par Paul Grimault et Pierre Prévert. Au départ, le film s'appelait La Bergère Et Le Ramoneur. Une grande partie des séquences du film datent de cette époque. Le film a été mis de coté, et relancé à la fin des années 70. Outre les séquences originelles, quelques autres séquences ont été refaites ou intégrées par la suite. La scène de l'appartement secret du roi (fameuse scène de nuit, où les objets inanimés prennent vie), par exemple, ne se trouvait pas à l'époque.
Ce dessin animé marque durablement l'inconscient de ceux qui le regardent. Que ce soit pour la première ou la cent millième fois. Personellement, je me souviendrai toujours de la première fois que j'ai vu Le Roi Et L'Oiseau. C'était en salles, lieu idéal pour découvrir un film. J'avais 9 ans, j'étais en CM1, et avec ma classe, on avait été le voir (on avait du faire un travail dessu ensuite, aucune sortie cinéma scolaire n'est gratuite pour les élèves !!). Je l'ai revu par la suite avec mes parents, un an ou deux plus tard. Puis à la télévision (merci Arte !). Et quand le DVD collector est sorti, proposant en supplément La Table Tournante, je me suis rué dessus comme un malade. Depuis, il ne se passe pas un mois sans que je ne le regarde au moins une fois. Sans aucune lassitude.
Il faut dire que, comme tous les dessins animés, il ne dure pas très longtemps, à peine 1h25. J'aurai tant aimé qu'il dure deux heures...


 

SYNOPSIS  
L'histoire est excellente, et très classique : l'action se passe dans un royaume imaginaire contenu en grande partie dans une immense ville fortifiée surplombée d'un palais monstrueux et kafkaien. Le royaume de Takikardie, gouverné par un despote, le roi Charles 5 + 3 = 8 + 8 = 16. Sans vouloir etre grossier, une sacrée gueule de con, au passage. Le roi règne en maitre, tout le monde s'écrase sur son passage, tout le monde excepté un oiseau, dont la femme, quelques temps plus tot, a été tuée par une balle du fusil du roi (dont le passe-temps favori, quand ce n'est pas de mettre ses sujets aux oubliettes, est de chasser - et au vu de ses talents de tireur, la femme de l'oiseau me semblerait bien etre sa seule victime...). L'oiseau, bien qu'inconsolable, provoque sans cesse le roi, se moque de lui, le vanne. Il vit avec ses petits oisillons, bien sages et noirs, excepté un, tout jaune et très dissipé, puisqu'il ne cesse de se faire enfermer dans les multiples pièges à oiseaux disséminés dans le palais. Libéré à chaque fois, il ne cesse de se faire avoir, à chaque fois...Le début du film montre le roi dans ses journées, entre séance de tir foireuse et séance de pose pour un portrait peint par le nouveau peintre officiel de Sa Majesté, qui, comme tous ceux auparavant, finira au trou (son crime ? Avoir osé représenter le strabisme flagrant de Sa Royale Connerie)... Puis le roi se rend dans ses appartements privés, pour boire un coup en solitaire, écouter de la musique, admirer son nouveau portrait (qu'il modifie en ce qui concerne les yeux qui louchent), et fantasmer carrément sur un tableau représentant une charmante petite bergère, dont il est éperdument amoureux. Sur le tableau d'à coté, un ramoneur, qu'il regarde avec mépris (il n'est donc pas bisexuel Smile ).
Le roi se couche, avec son petit chien. En pleine nuit, les deux tableaux (bergère et ramoneur) se réveillent, les deux personnages discutent, et on découvrent qu'ils sont amoureux l'un de l'autre. En meme temps, le tableau représentant le roi se réveille, et le roi (ou plutot, la représentation du roi) commence à draguer la bergère, aussitot encouragé par une statue équestre affirmant que dans toutes les légendes, les bergères épousent toujours des rois, et pas des ramoneurs. La bergère, bien sur, refuse, elle veut vivre avec le ramoneur. Le ramoneur descend de son tableau, suivi par la bergère, et les deux s'enfuient par la cheminée. Un tohu-bohu démarre dans les appartements, le roi (du tableau, je précise encore) tirant avec son fusil pour les arreter. Le vrai roi se réveille, découvre son double devant lui, prend peur, appelle sa police privée (qui débarque toujours d'on ne sait où, ils sont partout), mais avant que les policiers royaux ne débarquent, il est envoyé dans les oubliettes par son double du tableau (qui, à partir de ce moment, restera le seul roi du film - autrement dit, le roi du reste du film n'est pas le vrai, mais son double peint). Les flics arrivent, le roi leur ordonne de retrouver la bregère et le ramoneur, afin qu'il puisse épouser la première et botter le fondement du second.


 

Pendant qu'un message d'alerte circule dans les hauts parleurs de la mégalopole royale (qui en devient plus kafkaienne que jamais, avec ses angles la faisant ressembler à la cité du film Les 5000 Doigts Du Dr. T), les deux amoureux en fuite se réveillent à proximité du nid de l'oiseau, qui fait leur connaissance, les encourage dans leur idée de quitter le palais, et leur dit que, où qu'ils soient, il sera toujours là pour les aider. Il leur suffira de crier 'oiseau !', et il débarque pour venir à leur rescousse.
La bergère et le ramoneur arrivent en ville, et se font immanquablement repérer. S'en suit une course poursuite infernale qui démarre dans le fameux escalier aux mille marches (graphismes sublimes) et se poursuit dans la ville basse, repère de la population, qui est quasi totalement composée de misereux.
Vite repérés, ils se font arreter, par le biais d'un immense robot que le roi a lancé à leur poursuite. Criant 'oiseau !', ils se rendent compte que l'oiseau lui-meme a été arreté. La bergère est enfermée dans le palais royal en vue du mariage, l'oiseau et le ramoneur, eux, sont envoyés dans la fosse aux fauves, où ils rencontrent un musicien aveugle, dont la musique adoucit les moeurs des lions.
L'aveugle joue de plus en plus de son instrument, alors que l'oiseau se met à parler aux fauves, les incitant à les aider à s'enfuir et à sauver la bergère (il n'hésite pas à parler de moutons pour attendrir les lions...). Parvenant à s'enfuir du cachot, ils parviennent à pénètrer dans le robot alors qu'au palais, la cérémonie du mariage démarre. Le robot, qu'ils dirigent, démolit une bonne partie de la ville, les habitants s'enfuient, et ils parviennent à récupérer la bergère. Le roi, quand à lui, est envoyé très très loin dans les cieux, grace à la puissante soufflerie du robot...
Le lendemain. Le palais n'est plus qu'une ruine, tous les habitants se sont enfuis, il ne reste plus que le robot, inanimé, assis sur les décombres, dans la position du Penseur de Rodin. On distinue alors un piaillement minuscule, il s'agit du petit oisillon jaune, coincé dans une cage/piège. Plus personne n'est là on se demande bien comment il va réussir à sortir. Mais, d'un coup, le bras du robot (que plus personne ne dirige) se leve, pour ouvrir la cage (permettant à l'oisillon de partir etrouver son père et ses amis), et, lentement, la détruire, en abattant son poing fermé dessus. Sur une musique puissante (signée, comme toutes les autres musiques, splendides d'ailleurs, par le polonais Wojciech Kilar). Fin du film.
Inutile de le dire : cette conclusion est une des plus belles représentations de la notion de liberté qui ait jamais été faites.


 

PETITE CRITIQUE FINALE  
Et ce dessin animé, sans lequel aucun des dessins animés japonais de Miyazaki (Le Voyage De Chihiro, Le Chateau Dans Le Ciel) et une bonne partie des dessins animés récents (Le Géant De Fer) n'auraient pu se faire, est un des trois plus beaux de l'histoire du cinéma avec Fantasia de Walt Disney et La Planète Sauvage de René Laloux et Roland Topor.


Extrait

 

 



ClashDoherty 25/11/2007


_________________
http://cult-movies.blogs.allocine.fr
Jesus dies for somebody's sins but not mine - Patti SMITH
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 25 Nov - 12:21 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Max
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Sep 2007
Messages: 254
Localisation: Cherbourg
Loisirs: Audiovisuel
Film préféré: Dead Man, Brazil, Le Roi et l'oiseau, Le Pianiste, Casino
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 25 Nov - 12:48 (2007)    Sujet du message: Le Roi Et L'Oiseau Répondre en citant

!! Un de mes films préférés, si ne n'est LE...toute mon enfance, quel voyage de Paul Grimault et quelle poésie de Jacques Prévert!
Splendide, magnifique, culte!
_________________
Administrateur
Mes Vidéos
http://www.dailymotion.com/MaxBarreto
Moi sur Allociné
http://maxbarreto.mon.allocine.fr/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Horus-Djer
Chercheur d"emplois
Chercheur d

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2007
Messages: 8
Localisation: Ile-de-France
Loisirs: Cinéma, littérature scienctifique, informatique, musique
Film préféré: Mon nom est Tsotsi, L'Effet papillon, Le Bon, la brute et le truand, Le Roi et l'oiseau, Les Aventur
Masculin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 25 Nov - 23:10 (2007)    Sujet du message: Le Roi Et L'Oiseau Répondre en citant

Je suis d'accord avec Max. Ce long-métrage est magnifique.

J'avais fait une critique sur Allociné mais je n'avais point compris la scène finale.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:51 (2017)    Sujet du message: Le Roi Et L'Oiseau

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cineculte Index du Forum -> Culte -> Critiques films Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Cineculte Index du Forum